Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Viallou's Adventures in Russia
Viallou's Adventures in Russia
Encore et toujours plus d'aventures

Encore et toujours plus d'aventures

Eh bien, le problème avec l'article que j'ai posté il y à quelques temps, c'est qu'il m'a pris deux semaines pour l'écrire. Et donc, évidemment, d'autres choses se sont passées, d'où cette mise à jour :D

Encore et toujours plus d'aventures

L'exposition des Impressionnistes

Un vendredis, nos cours de fin de journée ont été annulés et nous sommes allés à cette fameuse exposition. C'était le jour de l'ouverture, il y avait un monde fou ! Je ne sais pas trop comment on a fait pour rentrer vu qu'on était pas invités, mais bon, je ne vais certainement pas me plaindre.

Autant annoncer la couleur, je n'y connais RIEN en peinture. J'aime quand je trouve ça joli et que ça me touche, mais les peintres, les siècles, les styles, c'est un monde dans lequel je ne me retrouve pas du tout. D'habitude je n'aime pas trop ce genre d'expositions. Mais là, je suis à 3000 km de la France, mais les oeuvres de nos peintres y étaient, et j'étais contente de partager ça avec mes amis.

Après de longs discours en russe où je n'ai compris que quelques mots (m'enfin ces discours d'ouverture sont tous les mêmes donc je ne suis pas sûre que ça m'aurait intéressé), nous avons pu avancer et voir les peintures entre deux épaules de visiteurs. C'était vraiment sympa, Antoine a commencé à raconter n'importe quoi sur les différentes peintures et ça faisait rire notre groupe.

C'est bizarre, les auteurs et titres étaient écrits en russe bien sûr, et en anglais, mais pas en français. Bon, certes, pas grand monde parle français à Kazan, mais quand même, ce sont les noms originaux. Du coup, je me demande si nous, en France, on a la politesse de noter en russe les oeuvres originaires d'ici. J'imagine que non... C'est dommage.

A un moment, Aliona m'a demandé pourquoi le nom en anglais était plus long que celui en russe. J'ai répondu en riant que j'en savais foutrement rien (sans le foutrement, je ne sais pas DU TOUT comment le traduire), que je n'étais pas Wikipédia. Elle m'a rétorqué que j'étais WikiClara ! J'ai trouvé ça drôle, et sincèrement j'aime bien, je vais le garder celui là :p

Le spectacle de Polina

Comme je l'ai déjà dit, Polina s'occupe des diverses manifestations en rapport avec l'Université. Elle a longtemps travaillé sur un gros projet, le spectacle des Première Année. Et elle m'a gentiment obtenu un ticket (Moi, fière ? Pas du tout voyons) VIP (ou alors un peu).

J'étais assise au premier rang à côté de son chéri, du moins pour la partie qu'elle a orchestré: en deuxième partie de spectacle se sont produit les newbies de la Faculté de Finances et Commerce (ou un truc dans le genre), et je suis allée rejoindre le Triple A: Annia, Azalia et Antoine.

Se sont alors enchaînés numéros de chants, de théâtre, de danse, le tout suivant un fil rouge d'une bande d'amis qui arrivent à l'Université et découvrent cette vie d'étudiant, les opportunités, les amours, les cours... Enfin, de ce que j'ai compris. C'était assez accessible pour moi, du coup je ne me suis pas du tout ennuyée !

C'était très vivant, avec des petites touches d'humour bien choisis, les numéros étaient variés, bref, tout ce que j'aime.

La deuxième partie était plus axée sur le rap et les amours étudiants. Surtout il y avait un personnage central qui revenait tout le temps, et je trouve qu'il bouffait vraiment le temps de scène des autres, sale profiteur va.

En bref, j'ai passé une bonne soirée :D

La Conférence sur les langues romanes

Pendant un bon moment Valentina Nikolaevna nous a parlé de cette Conférence, qui a eu lieu en octobre. Ça avait l'air très important et surtout intéressant, puisque le but était de mettre en commun les recherches des différents professeurs (et élèves!) sur la pédagogie des langues françaises et espagnoles.

Nous sommes tous allés à la cérémonie d'ouverture, à laquelle Valentina Nikolaevna a déclamé un discours qu'Antoine et moi avions écrit pour elle, ce qui fait que j'ai attendu avec impatience le moment où elle commencerait, le coeur battant, pour voir ce que ça donnait. Ça avait plutôt la classe, en fait :D

D'autres orateurs ont pris la parole, de la représentante de l'Alliance Française venue de Moscou à un professeur d'espagnol switchant de langue plus vite que Lucky Luke ne dégaine. Il glissait du français dans son russe avant de passer en plein milieu d'une phrase à l'espagnol. Ce que je voudrais savoir faire ça !

Des ateliers sur différents sujets étaient organisés, et Aliona ainsi que Macha devaient lire leurs travaux, mais finalement ça a été annulé et nous sommes rentrés.

Le lendemain avait lieu une Masterclass sur la promotion de la culture en France, et un autre représentant de l'Alliance Française était là pour en parler. C'était très intéressant, j'ai bien apprécié.

Puis j'ai révisé pour un contrôle pendant la cérémonie de clôture parce que je suis volontaire pour tout, mais les cours, c'est important, aussi, hein.

Reine en action

France douce France

Sachez que je caresse le doux rêve de rentrer en France fin Janvier pour deux semaines, si je peux.

Il faut savoir également qu'en décembre, je serai dans un école en tant qu'assistante de français, ce qui roxe la roulotte de mémé, parce que même si je ne veux pas en faire mon métier, ça reste une bonne expérience. Donc nous avons les examens de mi-semestre en ce moment, puis donc cette pratique à l'école, suivie de deux semaines de vacances incluant le Nouvel An et Noël (que j'espère passer avec mes amies, envie de voir comment ils les fêtent :D), puis les examens de fin de semestre, et enfin une dizaine de jours de vacances.

Ce qui m'étonne, c'est qu'ici les examens sont organisés d'une manière drôlement "cool" pour les étudiants: on a un examen, trois jours de repos, un examen, trois jours, etc. Don les vacances sont de vraies vacances, sans avoir besoin de réviser. C'est bien beau, mais euh, moi j'ai pas de famille ici à aller voir avant les examens, et je ne veux pas rentrer à ce moment là pour stresser, je veux profiter. Du coup, j'ai demandé à Valentina Nikolevna s'il était possible de mettre tous les examens sur une seule semaine, afin d'avoir deux semaines APRES les examens. Elle m'a dit que je pouvais partir la semaine prévue et louper une semaine de cours, mais je préférerais n'en manquer aucun. Du coup elle va voir s'il est possible de décaler les examens, et elle avait l'air assez optimiste.

En même temps, j'ai assez confiance en elle, j'ai l'impression qu'elle tient tout Kazan par les co*uilles, qu'elle est comme une Fée: elle secoue un peu sa baguette magique et tout arrive.

Quand je lui ai demandé si je devais demander aux professeurs, elle m'a souri et m'a dit que je n'avais pas le niveau pour régler ça. C'est clair qu'on joue pas dans la même ligue.

Mais aussi

Par exemple: Antoine doit faire son stage de L3, que j'ai déjà fait en France. Du coup, elle lui a obtenu une place à l'Alliance Française. Alors, évidemment, j'en ai profité, je serai aussi de la partie : moi aussi je veux travailler là bas ! Et puis c'est toujours un plus. Mon CV va drôlement s'enrichir cette année !

Ou encore, elle nous a obtenu nos cartes étudiantes, mais aussi nous aide avec nos mémoires de cette année: elle a carrément fait mon plan à ma place ! Je vais juste le remanier parce que bon, j'aime bien travailler un peu quand même.

Et enfin, je voudrais voyager en Russie, mais dans l'idéal je voudrais le faire avec l'élu de mon coeur, mon blondinet resté en France, donc pas avant août. Eh bien, la Reine a secoué sa baguette, et mon visa va être prolongé jusque fin août, et elle va obtenir un visa pour le blondinet.

En fait, les problèmes, ici, il suffit de les déposer entre les mains fripées de Madame, comme l'appellent les étudiants, et Madame les froisse, les tasse, en fait des avions de papier et les fait s'envoler. Avant de me sourire et de me dire "Nous sommes vos amis. Il n'y à pas de problèmes"

Dit comme ça c'est un peu flippant je sais, c'est comme un agent du KGB qui éliminerait toutes les sources possible de problème. Mais je vous jure que c'est comme ça que ça se passe, c'est vraiment inimaginable chez nous. En tout cas, c'est vraiment rassurant.

Du coup, quand elle a besoin de moi, j'accours, que ce soit pour lui rédiger un discours, vérifier des traductions en français, ou écrire des mails pour elle. Ça ne me coûte rien (outre le fait que ça me fait manquer des cours chiants, vous pensez bien que mon timing pour arriver chez elle est parfait).

Projets variés

Les Mémoires

Donc, comme je l'ai dit, nous avons des mémoires à rédiger cette année. J'avais déjà un rapport de stage pour Paris 3, maintenant j'ai deux mémoires, un de 30 pages et un de 50, à rédiger cette année (et après la pratique et/ou mon stage à l'Alliance Française, j'aurai surement d'autres rapports).

Le premier est pour Janvier, et mon thème est la Promotion de la Culture et de la Langue Française à l'Etranger par le Gouvernement. Autrement dit rien de cracra, je pense rassembler assez facilement de quoi faire. Surtout qu'au final je peux le faire en français, ce qui n'était pas prévu. C'est plus facile. Mon niveau de russe a beau s'améliorer, je suis loin d'être capable de rédiger un mémoire en russe...

Le deuxième pue un peu plus, c'est sur la Sémantique et le Pragmatisme des Questions Rhétoriques dans le Dialogue en Français. Je ne sais pas encore comment je vais mener ça, mais j'ai du temps, il est pour Mai. Russe ou français, ça dépendra d'un jury de ce que j'ai compris, et de si je peux produire 5 pages sur le premier thème avant fin novembre pour que ce soit publié. Oui oui publié, je vais être publiée, ça gère la fougère, même si c'est que pour un livret pédagogique que presque personne ne lira, j'm'en fous je suis contente quand même.

Les autres

Alors, ce qui est cool ici, c'est qu'on peut être dispensés d'examens en fonction de ce qu'on produit pendant l'année. Par exemple, je n'aurai pas d'examens de mi-semestre en Informatique ou en Traduction Anglaise, parce que j'ai assisté à tous les cours et toujours travaillé les devoirs.

Et en Phonétique, je vais rendre ce samedi un gros travail sur la Langue Parlée en Français, et je n'aurai même pas d'examens en Janvier ! J'aime cette idée, non pas de ne pas plancher sur un examen, mais sur le fait que la note représente plus ce qu'on fait pendant l'année que notre performance à un examen unique. En France on peut travailler dur toute l'année et se planter complètement à l'examen, et obtenir une note minable. Ici, j'ai pas l'impression.

Le sujet de phonétique m'a plu, j'ai planché dessus aujourd'hui, et je me rend compte qu'on modifie vraiment notre façon de parler en fonction de notre interlocuteur. Bien sûr c'est aussi le cas en anglais, en russe je crois qu'ils modifient plus les mots que la façon de parler, mais, je veux dire, on a vraiment une manière de couper les sons (leur exemple favoris: petit, p'tit) ou de supprimer des voyelles (de la bière, d'la bière) intéressante. Du coup, je planche vraiment, pour présenter un BEAU travail et mériter de ne pas passer d'examen. Ce qui est chouette, c'est que je le fais avec Polina et Diliara, qui seront aussi dispensées d'examen, donc youpi pour les Français à Kazan, on aide un peu quand même !

Encore et toujours plus d'aventures

Moscou

Décision

En fait nous avons eu un très gros week-end,du samedi midi au jeudi midi, dû aux jours fériés en Russie et au Tatarstan. Les Européens de l'étage d'Antoine voulaient partir et il devait aller avec eux, et bien sûr du coup j'ai voulu y aller aussi. J'ai donc demandé à Sonia si ça l'intéressait, d'autant plus qu'elle y a vécu 4 mois. Elle a tout de suite accepté, ajoutant qu'on pouvait dormir chez son ami Nikita (oui ici c'est un prénom de garçon), et donc économiser l'hôtel.

Au final les gars du 3e étage ont annulé, nous laissant un Antoine tout triste qui a fini par se joindre à nous. Nous sommes donc aller à la gare acheter des billets de train.

C'est pas aussi facile que ça en a l'air : il y à plusieurs types de places, et Sonia rentrait plus tôt vu qu'elle avait cours le mardi et nous non. On a eu de la chance, la caisse fermait après nous et il y avait un monde FOU.

Finalement, pour 63€ aller-retour, on a eu nos billets !

Encore et toujours plus d'aventures

Le samedi en fin d'après midi, nous nous sommes donc rendus à la gare, sacs lourdissimes en mains et billets en mains. Quand je suis rentrée dans le wagon, j'ai eu un choc quand même: c'était un train couchette, absolument normal, sauf qu'au lieu d'être composé de compartiments fermés, les compartiments étaient ouverts et il y avait même des lits dans le couloir. J'avais une couchette étriquée en hauteur, et sincèrement je n'étais pas à l'aise avec la chaleur de ces 50 personnes respirant le même air que moi. En plus il faisait très chaud.

Je me suis endormie deux heures en fin d'après midi, mais je n'ai pas réussi à dormir la nuit. Je suis donc arrivée complètement crevée à Moscou le dimanche matin. Oui parce qu'il faut 12h50 pour faire le trajet.

Nous avons déposé nos sacs dans une consigne à la gare à Moscou, puisque nous ne devions pas voir Nikita avant l'après midi. D'ailleurs dans cette gare il y à plein de machines marrantes, genre qui vendent du popcorn, de l'eau gazeuse ou même des hamburgers "frais" (permettre-moi de douter de ce dernier point ><)

On en a donc profité pour nous balader, de la Place Rouge à la Rue Arbat, découvrant le fucking capitale de la Russie :D

Dimanche

Alors Moscou. Ben c'est pas très joli sous la pluie, et on a eu que ça pendant 3 jours ( j'ai apprécié avec mes chaussures trouées, j'ai eu les pieds trempés tout le séjour). Disons que c'est le style russe : les vieux bâtiments sont superbes, l'ambiance de ces quartiers très sympa, mais par contre les zones modernes sont très espacées, très vide et ça donne une drôle d'impression.

Le métro est superbe et fait honneur à sa réputation, j'ai mitraillé les différentes stations en notant scrupuleusement leurs noms pour pouvoir m'en rappeler. C'est bien mieux indiqué qu'à Paris, mais le réseau métropolitain étant moins dense, on comprend vite pourquoi les trains sont plus longs et les stations plus grandes : il faut bien juguler le flux de voyageurs !

Vers le milieu de l'après midi le dimanche, nous sommes allés récupérer nos sacs avant de nous rendre chez Nikita, que nous avons attendu deux bonnes heures sans savoir que Julia, sa copine, était dans l'appartement. Bah, vu le temps et notre fatigue on était pas très motivés anyway.

Nikita est rentré peu après nous, et nous avons donc tous fait connaissance: Julia a étudié le français et a vécu un an à Poitier, ce qui s'entend dans on accent parfait, même si elle n'a prononcé que quelques mots, étant plutôt de nature discrète et effacée. Nikita me fait penser à un de mes amis sur Paris : grand, le regard intelligent, l'art et la manière de parler qui sous entend qu'il en connait un rayon sur tout, et c'est le cas... La copie de mon ami, mais en version russe !

Ils nous ont ouvert leur maison de manière très naturelle, nous invitant à nous servir dans les placards et autres, en bref à vraiment faire comme chez nous. Ça a fait du bien de se retrouver dans un foyer: j'ai beau bien aimer ma petite chambre au Village, ça manque de chaleur et de vie, les murs sont nus, tout est de la même couleur, etc. Là j'ai pu me poser dans un canapé, avoir une cuisine sans Chinois, le rêve quoi.

Après un thé et une douche revigorants, nous avons regardé quoi faire le soir, car ce jour là les musées étaient ouverts en nocturne et des événements culturels étaient organisés dans toute la ville.

Nous avons donc atterrit au Musée du Goulag (moyennement intéressant) pour assister à un concert de "jazz". Je mets des guillemets parce que sans l'intitulé je n'aurais jamais appelé ça du jazz. C'était un groupe de musicien jouant du saxophone et autres cuivres un peu comme si ils les découvraient, enfin, je ne vois pas comment expliquer : disons que c'était beaucoup trop underground pour moi. Je n'ai apprécié vraiment que deux morceau ainsi que la dernière partie où un acteur déclamait un texte accompagné des musiciens et d'un piano (qui ne connaissait que des accords dramatiques apparemment).

Lundi

Nous voulions aller au Musée Historique, mais à notre arrivée la Place Rouge et le-dit musée étaient fermés pour cause de fête. Antoine nous a laissées pour retrouver une amie, pendant que Sonia et mois avons séché nos pieds au ГУМ, un immense et magnifique centre commercial avec uniquement des marques de luxe, puis elle m'a emmenée dans un marché aux souvenirs pour touristes, où j'ai pu me trouver une Chapka digne de ce nom, et différents cadeaux, tout en essayant sans succès d'éviter les mares de pluie.

Encore et toujours plus d'aventures

Nous sommes ensuite allées dans le Kremlin Ismaelovo, qui est en fait un village très colorés avec des animations pour enfants. Ne me demandez pas ce que fout la statue de Wolverine là bas, je n'ai toujours pas compris.

Enfin nous sommes allées partager une bière dans un centre commercial, avant de faire des courses afin de cuisiner pour Nikita et Julia : on ne payait pas nos chambres mais au moins on pouvait les remercier dignement !

C'est donc tout naturellement que j'ai improvisé des Fajitas avec des ingrédients plus ou moins adaptés, mais bon le Génie de Cuisine que je suis (en toute modestie) a réussi a faire quelque chose de potable pour nos hôtes ainsi qu'un couple de leurs amis qui étaient également invités ce soir là. Apparemment, ça a plu, donc j'étais plutôt contente.

Nikita a commencé à me faire une liste de compliment, ce que je suppose qu'on fait dans ce genre de cas en Russie (dans le même genre que porter plusieurs toasts quand on boit ensemble), mais comme j'étais très gênée parce que pas habituée, je l'ai un peu coupé pour lui dire que tant que c'était bon, j'étais contente.

Sonia est partie ce soir là, et Antoine et moi sommes restés avec Nikita et un de ces invités à boire du vin italien (ils adorent le Lambrusco quel bonheur) et du vin géorgien. Pas tellement aimé le géorgien, c'est trop sucré. La différence avec l'italien, c'est ce que le sucre du Lambrusco est là pour rebooster un peu le goût et aller avec les bulles, alors que dans le géorgien y'à aucun goût à la base. Donc en gros c'est du sucre au vin, pas mon truc du tout.

Mardi

Comme j'ai lu un livre (Métro 2033) qui se passe dans le métro de Moscou, je voulais aller à la station VDNKh, maison du héro. Ça tombait bien vu que le Musée des Cosmonautes s'y situent.

C'est donc toujours sous la pluie qu'Antoine et moi nous y sommes rendus. Finalement la station n'avait rien d'exceptionnel, mais j'y étais !

Encore et toujours plus d'aventures

Une fois le musée trouvé (sous un monument immense représentant une fusée prenant on envol avec à sa base Lénine qui montre la voie, logique n'est-ce pas) nous avons essayé de rentrer gratuit puisque nous sommes étudiants dans une université russe. Le problème, c'est qu'on avait pas encore nos cartes d'étudiants pour le prouver. J'ai donc brandi mon visa avec force et espoir, disant qu'il était noté qu'on venait pour étudier, mais la caissière ne voulait rien savoir. J'ai désespérément tenté un dernier coup en disant qu'on avait pas encore de cartes vu qu'on était Français.

Et là, je ne sais pas ce qui s'est passé dans sa tête, mais elle a eu l'air de comprendre quelque chose soudainement. Comme je continuait d'argumenter (5€ le musée ça me motivait pour essayer d'entrer gratos), elle m'a fait signe de me taire avant de nous donner deux billets gratuits en nous soufflant "J'adore Joe Dassin. Et Belmondo, oh... J'adore".

Un peu ébahis, nous sommes entrés, mais mêmes 10min plus tard je n'arrivais pas à croire que j'avais pu rentrer gratuitement dans un musée grâce à des vieux de la vieille bien d'chez nous, Belmondo et Dassin. Non mais je rêve.

Le musée en lui même était assez sympa, même si les chiens envoyés dans l'espace empaillés sous vitre, c'est juste glauque. On a vu un petit film racontant l'histoire de l'aéronautisme en URSS puis en Russie. On voit que Gagarine est vraiment admiré (bon y'a de quoi en même temps).
Il y avait toute une exposition dédiée aux femmes cosmonautes, c'était marrant de voir leurs photos avec leurs cheveux qui volent dans la Station Internationale.

La Place Rouge et le Musée Historiques étant encore une fois fermés, nous avons visité un magasin type supermarché, mais dont la décoration fait penser au Bonheur des Dames: le Magasin Eliseevski. Nous avons voulu retourner au marché Ismaelovo, là où il y avait les souvenirs, mais il était également fermé.

Au final on s'est promenés dans un centre commercial, pour sécher nos pieds aussi, avant de rentrer chez Nikita, chez qui se trouvait sa mère, pour dîner avant de reprendre le train. Nikita était absent, j'ai appris plus tard qu'on s'est loupés de 15min, mais on lui a laissé une bouteille de Lambrusco, quand même, avec un mot de remerciement.

Après une bière bien méritée, nous avons repris le train à minuit. Le retour m'a plus plu: j'étais sur une couchette en bas, le train était presque vide, et je connaissais déjà. J'ai même apprécié le trajet, comme quoi il suffit de s'habituer. Et puis, il y à pire, on peut effectuer ce trajet de 12h50 en place assise. Sonia l'a fait au retour. Si si.

En bref

Moscou c'était круто, cool quoi, malgré les trombes de pluie qu'on s'est reçu sur la tête. J'aime leurs vieux quartiers et leur centre-ville, l'ambiance de la ville, bref, j'y retournerai avec plaisir (enfin si plaisir veut bien venir avec moi, mouarf mouarf, je suis en manque de blagues pourries c'est pathétique).

Encore et toujours plus d'aventures

Nouvelles diverses

Depuis Moscou on enchaîne les devoirs à rendre et les contrôles, je suis bien contente d'avoir pu profiter un peu de ces quelques jours de "vacances", surtout que les prochains sont loin !

J'ai eu le grand plaisir de recevoir 3 choses depuis que je suis ici: une lettre de ma meilleure amie, une lettre de ma grand-mère maternelle et un énorme paquet de la part de mon père.

Evidemment il a profité du fait que, selon lui, dans notre famille, oui veut dire oui, mais non veut dire oui. Donc quand j'ai dit NON ne m'envoie pas de fromage et NON ne m'envoie pas le dernier Astérix, il les a mis dans le colis.

J'ai donc obtenu deux pots de Nutella, un reblochon "fruitier" (ça pique plus que le normal), deux crottins de chavignol, un chabichou que j'ose même pas ouvrir tant ça va être bon, un paquet de Arlequins (mes bonbons préférés), un de Dragibus Soft (deuxièmes sur la liste des bonbons préférés), des Pastilles de Vichy (3e), des plaquettes de sésame et miel que j'adore, et le dernier Astérix. Vous ne savez pas ce que c'est que d'être en Russie et manger du chèvre sur une tartine pendant que le couscous maison cuit. Un tel mélange de culture ça n'a pas de prix. En bref que le Dieu de la Gourmandise bénisse mon Papounet, parce que je me régale, et surtout ça m'aide à me sentir un peu plus chez moi.

Et je peux faire goûter ça autour de moi ! Par exemple j'ai fait goûter les fromages (en quantité minime parce que je les aime mais c'est à MOUA) à mes amies russes, mais aussi à une chinoise sympa, mais aussi je fais goûter nos bonbons à Sonia, donc je propage aussi nos produits :D

Aussi, je suis allée pour la première fois à la piscine la plus proche, qui heureusement pour moi ne coûte pas cher, et c'est super parce qu'elle est toute neuve, avec des casiers à ouverture électronique genre "je suis un agent secret j'appuie mon bracelet sur le lecteur et pouf ça s'ouvre". C'est une piscine olympique, donc deux fois plus grande que celle dont j'ai l'habitude (normale = 25m, olympique = 50m si je ne me trompe pas). En plus, je crois que c'est là que les nageurs seront au Mondial de la Natation en 2015... Eh oui, j'ai nagé dans la même eau que des champions... Enfin pas littéralement du moins j'espère, sinon, c'est pas très propre.

Le sport m'a fait du bien, même si je vais souffrir demain, vu que je n'ai plus du tout l'habitude de nager et que ça fait bobo. Mais encore une fois ça me rappelle la maison, quand je faisais de la natation et qu'un plat de spaghettis m'attendait à la maison. Ce souvenir est tellement fort qu'en sortant de la piscine j'avais terriblement envie de spaghettis.

Je ne sais pas si j'en ai parlé avant, mais comme il y en avait à la piscine ça m'y a fait penser: ici il à des vestiaires PARTOUT ! A la Fac, dans les salles de concert, à la piscine donc, aux musées... Et surtout, ils sont GRATUITS pour tous. C'est une habitude qui va me manquer quand je vais rentrer, de pouvoir déposer mes affaires et ne pas me les trimballer partout.

C'est tout pour aujourd'hui, à bientôt mes petits chous !